lundi 22 juillet – CÉRET

17:30 Patio du Musée d’Art Moderne

Accès avec billet d’entrée au MAM : 10 €

Ajouter au panier 10 €

 


DUO TAÏB – MARTINEZ

« Naturelles » Impros

Jean-Jacques TAÏB, clarinette, saxophone alto & ténor
Jean-Pierre MARTINEZ, guitare

Création & concert unique au MAMC pour JAZZ EN TECH, dans le cadre de l’exposition  « André MASSON, une mythologie de l’être et de la nature », reconnue d’Intérêt national par le Ministère de la Culture (Direction générale des patrimoines/Service des musées de France)

« Le musée d’art moderne de Céret (le MAMC) poursuit son exploration de l’œuvre des grands artistes du XXè siècle pour lesquels la période cérétane s’est révélée particulièrement riche et révélatrice. André MASSON (1896-1987) a séjourné à Céret dans les années 1919-1920. Blessé dans sa chair et son esprit par les combats de la Première Guerre Mondiale, il y rencontre Odette Cabalé qui devient sa première épouse et y fait la connaissance de Chaïm Soutine. Masson peint à Céret plusieurs tableaux de paysages inspirés du cubisme cézannien, une peinture construite dans une gamme de couleurs claires, témoignage en quelque sorte de sa propre reconstruction mentale. Quatre très beaux tableaux de cette période sont conservés au MAMC…»

www.musee-ceret-expo.com

Encore jeune homme prodige dans les années folles et dépositaire d’une palette sonore évocatrice d’une extrême richesse, le jazz, était naturellement tout indiqué pour rendre compte de l’œuvre chatoyante et colorée d’André Masson qui est passé de Céret à New York aussi…. Au nadir de toute copie servile, la relecture des standards de ces années confiée, pour la circonstance, au guitariste Jean-Pierre MARTINEZ et au clarinettiste Jean-Jacques TAÏB, saura, traduire, à n’en pas douter – (nous découvrirons tous ensemble, à l’occasion de ce concert unique, le fruit de leurs investigations !) – l’impression d’ébullition, d’éréthisme permanent qui traverse, tel un fil rouge, la quasi totalité des compositions de cet artiste aux talents multiples.
Versant Nature : Jean-Pierre MARTINEZ nous vient d’autres paysages émouvants du côté d’Aubagne, le terroir « sous le Garlaban couronné de chèvres » si chaleureusement chanté par Marcel Pagnol (La gloire de mon père, Le château de ma mère), Jean-Jacques TAÏB « a traversé le miroir » sur les flancs d’Alger qui vous change l’âme « toute neuve », comme nous le confie Yasmina Khadra (Les anges meurent de nos blessures) avant de tenter de dompter les mouvants bords de Loire qui pourtant ont préservé la « doulceur angevine » chérie de Joachim Du Bellay (Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage)
Versant Jazz : leurs itinéraires respectifs sont à l’image de ces milieux naturels… et culturels qu’ils se sont, chemin faisant, appropriés avec une fougue mâtée de délicatesse pudique et de lumineuse finesse. Leurs compagnonnages musicaux l’attestent : Jean-Pierre les a bellement partagés avec Michel Pétrucciani, Joe Diorio, Ricardo Del Fra, Hervé Sellin, Henri Texier, Georges Arvanitas, Jean Lou Longnon, André Villéger. Jean-Jacques a filé la métaphore avec Pepper Adam, Sony Stitt, Tommy Flanagan, Horace Parlan, Al Levitt, Lou Bennet, Bob Mover, Ricardo Del Fra, Marc Ducret, Bobby Porcelli, Sara Lazarus, Manolo Gonzales, Peter King, François Couturier… et, bien évidemment, Ronald Baker …

De quoi attendre avec une douce impatience leurs propositions improvisées qui ne seront pas moins « construites dans une gamme de couleurs claires, témoignage en quelque sorte de leur propre reconstruction mentale ». Merci à toi, Alain (Brunet), d’avoir improvisé, à ton tour, une aussi joyeuse proposition….

Organisateur

Musée d’Art moderne de Céret